Recherche

Accueil du site - Actualité - Banc mis au ban

Les mesures de confinements dénoncent un nouveau foyer de contamination : les bancs publics. Attention à ce que ces mesures ne deviennent pas prétexte à supprimer de nos espaces communs ces aires de repos nécessaires que sont les bancs publics.

JPEG - 59.9 ko
banc beier
Démontage de banc à Beziers

« Béziers : plus de bancs publics

Le maire de Béziers (Hérault) Robert Ménard a ainsi pris la décision radicale de faire enlever tous les bancs publics de la commune, pour empêcher ses administrés de "flâner". "Il faut certes aller faire ses courses, certes faire ce que vous avez à faire, mais il faut le faire vite et immédiatement rentrer chez vous", explique l’élu d’extrême droite à France Bleu Hérault. »

« Biarritz : pas d’interdiction de s’asseoir sur un banc plus de deux minutes

A Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), le maire avait voulu "compléter le dispositif national ou préfectoral" par divers arrêtés, dont un qui interdisait la "station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou un espace assimilable".

Devant les vives réactions suscitées, la mairie s’est expliquée sur Twitter : ce texte n’avait "d’autre objet que rappeler aux Biarrots pour éviter leur verbalisation l’impossibilité de flâner sur les bancs qui ne constitue pas une activité physique".

Finalement, l’arrêté n’a pas été pris. "On s’y est mal pris, j’ai annulé cette partie de l’arrêté sur les bancs, c’est réglé", a indiqué à l’AFP Michel Veunac (MoDem), expliquant que cette initiative voulait empêcher les gens de s’arrêter trop longtemps face à l’océan. »

Source : L’Est Républicain

Voir également la chronique de Yann Barthès